Entretient Piscine

L’entretien de piscines – Généralités

La piscine est construite, elle est plus belle que jamais et vous passez vos journées à l’admirer. C’est bien mais c’est maintenant que les choses sérieuses vont commencer! >Rapidement, vous allez découvrir que ce qu’on appelle d’une façon générale ” l’entretien de piscines ”  est quelque chose qui réclame:

1. Un minimum de temps
2. Quelques connaissances adéquates pour pouvoir faire les choses correctement

Cela veut simplement dire qu’une piscine bien entretenue gardera sa beauté comme au premier jour. Par contre, attention si vous la délaissez et vous occupez mal vous aurez des déconvenues : dégradation des matériaux, problème de solidité de la structure, fuites… Ce serait dommage d’avoir fourni tant d’efforts pour voir votre piscine se dégrader si rapidement!

On peut distinguer plusieurs “passages” dans l’entretien d’une piscine:

– La mise en eau : première phase importante après la construction de la Piscine. Facile pour un professionnel qui fait cela régulièrement, cela l’est beaucoup moins pour un particulier qui a construit sa piscine lui même.

– La désinfection journalière de la piscine : Une fois en eau, la piscine va développer naturellement des bactéries et il va falloir adopter une stratégie de désinfection.

– La filtration de l’eau de la piscine : De la bonne filtration de l’eau dépendra la qualité de l’eau et sa propreté.

– Le nettoyage de la piscine : Une piscine même avec sa filtration se salit toujours avec les saletés provenant de l’éxtérieur (feuilles…). Il faut donc nettoyer régulièrement la piscine soit de façon automatisée soir manuellement.

– L’hivernage de la piscine : A l’entrée de l’hiver, il va falloir préparer la piscine pour que celle ci passe l’hiver dans les meilleures conditions possibles

L’élément principal d’une piscine, forcément, c’est l’eau. Rien de bien original vous me direz. Néanmoins, pour le remplissage de la piscine, quelques petites remarques.

Bien sûr, l’eau coûte cher et remplir une piscine ça a un certain prix. Certains d’entre vous possèdent certainement un puits. Bien sûr il est intéressant d’utiliser le puits pour remplir la piscine puisque cela ne coûte rien.

Sachez neanmoins que beaucoup de professionnels vous le déconseillerait. En effet, la composition de l’eau du puits peut être faite de telle sorte qu’elle se marie mal avec les éléments de la désinfection (chlore…).

Il faut également prendre en compte le taux de dureté de l’eau (calcaire), son ph . . .

Par exemple, une eau de puits trop forte en fer deviendra littérallement noire quand vous mettrez votre chlore dedans.

On entend aussi régulièrement des gens qui ont remplis avec l’eau du puits se plaindre qu’ils n’arrivent pas à obtenir une eau cristalline même en faisant tout ce qu’il faut au niveau du traitement.

Donc je pense que le mieux avant de remplir est de prendre un échantillon de l’eau et d’aller la faire analyser vers votre piciniste préféré. Il pourra vous dire si l’eau est correcte ou pas.

Avec l’eau de ville, en théorie vous avez une eau “correcte” qui peut donc satisfaire aux exigences d’une piscine. Le seul point qui sera à voir dans ce cas sera le TAC ( à voir ici )

Remplir une piscine, certes! mais et alors quand il faut la vider, ça se passe comment ?

Comme on le verra plus tard, si vous équipez votre piscine d’un système de filtration à sable classique, vous aurez la possibilité depuis votre local technique de vidanger votre piscine à l’aide de la vanne multivoies du filtre. Sur une des sorties de cette vanne, vous emmenerez un tuyau à l’éxtérieur où sera évacuée l’eau de la piscine quand vous voudrez la vider. Oui mais où brancher ce tuyau ?

En effet, l’eau d’une piscine contient qu’on le veuille ou non des éléments chimiques et dans cette période actuelle où le citoyen français lambda est responsable de toutes la pollution sur terre (!!!), il faut donc bien se demander quoi faire de cette eau. Concrètement : l’envoyer dans la nature, aux égouts, dans un puit perdu ?

Sachez que c’est loin d’être évident et dépend en partie de votre commune. Mais d’une façon générale, je “crois” qu’il en principe interdit d’envoyer l’eau de piscine (tout comme l’eau de pluie) dans les égoûts.

La solution qui me semble alors le plus simple est le puits perdu, c’est en tout celle que j’ai choisie.

La mise en eau de la Piscine – Le démarrage de la Filtration de la Piscine

Une fois remplie, la prochaine étape va être le démarrage du groupe de filtration. Cela peut sembler être anodin mais ça ne l’est pas tant que ça, croyez moi. On peut réaliser ce démarrage en étapes :

1. Remplissage du filtre

2. Du bon usage de la vanne 6 voies

3. Amorçage de la pompe

4. Mise en marche du robot

5. Vérification de la bonne marche de l’ensemble

6. Fuite ou pas fuite ?

 

Remplissage du Filtre de la piscine

Le filtre est un des éléments essentiels de la filtration. Shématiquement, c’est une grosse bombonne remplie de sable filtration piscine. L’eau aspirée par la pompe passe à l’intérieur, est épurée de ses impuretés grace au sable et est renvoyée ainsi propre dans la piscine.

On considère à cet instant que tous les éléments de la piscine et de la filtration sont installés et donc que votre piscine est prête à fonctionner.

Il faut donc commencer par remplir le filtre. Pour cela, il faut du sable fin. Le mieux pour vous le procurer est d’aller chez votre pisciniste.

Sachez qu’en dessous d’une puissance de 15m3/h, vous n’aurez besoin que de sable fin granulométrie 0.4-0.8mm. Par contre au delà de 15m3/h il faudra au fond du filtre commencer par mettre du sable gros 3-5mm puis ensuite du sable fin 0.4-0.8mm.

Pour le remplir, ouvrez le couvercle au dessus du filtre, et versez simplement votre sable dedans. Obturez bien l’arrivée depuis la pompe (le tuyau qui sort au milieu du filtre) pour éviter que du sable ne parte vers la pompe.

Pour vous donner un ordre d’idée, pour un filtre de 15m3/h, il faut commencer par mettre 50kg de “gravier” puis 100kg de sable fin. Au total, il faut que le filtre soit rempli au 2/3.

Le mieux encore une fois est d’aller voir votre pisciniste et en lui spécifiant votre filtre et sa puissance, il vous dira quelle quantité et type de sable il faut prendre.

 

Du bon usage de la vanne 6 voies

Vous l’avez surement remarqué, à côté de votre filtre (ou au dessus éventuellement) se trouve une vanne comportant six positions différentes. Cette vanne est très importante car c’est elle qui détermine le trajet de l’eau à la sortie du filtre. Etudions les six positions possibles :

1. Fermé (closed) : La vanne est fermée, l’eau est “emprisonnée” dans le filtre. Attention de ne pas mettre en route votre filtration avec la vanne fermée. En effet, l’eau arriverait depuis la pompe dans le filtre mais celle ci ne pouvant plus ressortir, vous verriez alors jaillir de l’eau par dessus le couvercle du filtre sous l’effet de la pression.

2. Lavage (Backwash) : Cette position sert au lavage du filtre. Au fur et à mesure que vous allez filtrer, le sable présent dans le filtre va retenir les impuretés et vous vous en doutez au bout d’un moment le sable va se “salir” et présenter beaucoup d’impuretés. Il faut donc de temps en temps procéder à ce qu’on appelle un lavage du filtre de la piscine. En mettant sur cette position, l’eau va non pas arriver par le dessus du filtre pour descendre en bas vers les crépines mais emprunter le chemin inverse : l’eau va arriver par les crépines et ressortir par le dessus du filtre et être envoyée à l’égout. De cette façon toutes les impuretés vont remonter à la surface du filtre et partir à l’égout. Il faut faire cette manipulation environ 1 fois par semaine en pleine saison entre 30s et 1mn à chaque fois.

3. Rinçage (Rince) : Après le Lavage, l’eau peut se trouver être encore un peu sale. Dans ce cas, on procède à un rinçage : le circuit reprend son cycle normal (l’eau arrive par le haut du filtre et est dirigée vers les crépines en bas) mais au lieu que l’eau ne retourne dans la piscine elle va à l’égoût. Après un lavage, il faut procéder à un rinçage systématique mais court (pas plus de 20 secondes).

4. Recirculation : Dans cette position, l’eau va passée directement de la pompe dans les refoulements sans passer par le filtre. L’eau une fois envoyée par la pompe au lieu de passer dans le filtre repard directement dans les refoulements de la piscine. Cette position est intéressante lorsque l’on veut faire des tests. Imaginez par exemple une situation où vous avez une fuite, ou par exemple vos refoulements crachent un peu de sable ou encore l’eau renvoyée dans la piscine n’est pas très propre. En mettant en recirculation, vous pouvez voir si votre problème vient du filtre ou pas.

5.Egoût (Waste) : Dans cette position, l’eau part directement à l’égout. Cette position sert en fait principalement quand on désire vidanger la piscine.

6 Filtration : Position classique. C’est la position utilisée en filtration.

PS: j’utilise le terme “egout” de façon abusive. En effet, comme je l’ai déjà expliqué plus en amont, l’évacuation est généralement interdite par les égouts de ville. Le mieux est encore il me semble de faire avec un puits perdu.

 

Amorçage de la pompe de la piscine

Certainement une des opérations les plus délicates lors de la mise en route de la filtration. En effet, il va falloir “amorcer” la pompe autrement dit lorsque l’on va mettre la pompe en route celle ci va au début “aspirer de l’air” et il va falloir faire en sorte qu’elle se mette à aspirer l’eau.

Commencez par remplir la pompe avec de l’eau. Pour cela, ouvrez le couvercle du panier et versez de l’eau jusqu’à ce que la pompe soit pleine et refermez bien ensuite le couvercle.

Ensuite, fermez la vanne des skimmers et ouvrez celle de la bonde de fond. Mettez la vanne sur filtration et ouvrez les vannes qui vont aux refoulements. Mettez en marche la pompe, celle ci doit aspirer l’eau en prevenance de la bonde de fond. Au début elle aspirera l’air présent dans les tuyaux mais si tout va bien au bout d’un moment elle aspirera l’eau en preovenance de la bonde de fond.

Ensuite, laissez la vanne de la bonde de fond ouverte à 1/4 seulement et ouvrez la vanne des skimmers. Pour faciliter l’amorçage prenez un tuyau d’eau relié à l’eau de ville (ou du puits) et insérez le dans un des skimmers. De cette façon en introduisant “artificiellement” de l’eau dans la tuyauterie des skimmers, on facilite l’amorçage.

Au bout d’un moment, la pompe ne doit plus aspirer que de l’eau et plus d’air. Si vous voyez toujours des bulles d’air sortir au bout d’un moment des refoulements c’est qu’il y a un problème quelque part.

Cet amorçage fait une fois, il n ‘y aura plus besoin de la faire. En effet, même une fois arrêté (la nuit par exemple) le système ne contenant plus d’air le lendemain la pompe doit repartir sans problème. En effet, gardez bien toujours à l’esprit que le circuit de filtration est un circuit en boucle où il ne doit jamais y avoir d’air (dans les tuyaux, pompe…). Si de l’air est présent dans le système c’est qu’il y a un problème et peut être notamment une fuite au niveau de l’aspiration ( voir ci dessous, chapitre “fuite ou pas fuite ?”)

 

Mise en marche du robot de nettoyage

Une fois la pompe amorcée, on va mettre en marche le robot polaris. Branchez le tuyau du robot sur la prise balai et au bout du tuyau branchez le robot.

Dans le local technique, mettez en route la pompe principale. Ensuite mettez en route le surpresseur en ouvrant bien les vannes de ce dernier.

Vérifiez que le robot est bien entraïné au fond de la piscine et aspire les saletés s’y trouvant.

Vous pouvez alors régler la minuterie pour le faire marcher à intervalles régulier chaque jour. Pas la peine de le faire marcher 5 heures par jour. Personnellement, je le faisais marcher 1 heure le matin, 1/2 heure le midi et 1/2 heure le soir.

tableau electrique

Tableau électrique du surpresseur. En haut à gauche, on voit la minuterie pour régler la marche jouirnalière du robot. Notez bien que ce tableau (et donc sa minuterie) est asservie au tableau électrique principal. Cela veut dire que si le tableau principal est à l’arrêt, le surpresseur du robot l’est également. Il faut bien s’assurer de ce bon branchement : en effet, imaginez le désastre si votre surpresseur marche alors que la filtration est en arrêtée.

disjoncteur piscine

Si votre surpresseur disjoncte à l’usage, vérifiez que l’ampérage est suffisant. Dans ce cas, tournez la petite molette jusqu’à trouver le bon réglage. En effet, si l’ampérage est insuffisant, il se peut que le disjoncteur soit trop sensible et disjoncte de façon intempestive à l’utilisation du surpresseur.

En cas de panne robot piscine, il vous faudra faire appel à un spécialiste en la matière pour vous le remettre en état de marche.

Vérification de la bonne marche de l’ensemble de la filtration Piscine

Commencez par vérifier le manomètre du filtre. Il s’agit d’un appareil installé sur le dessus du filtre et qui sert à mesurer la pression de l’eau dans le filtre.

manometre

La pression est exprimée en bar et doit être inférieure à 1.5-1.6 bars. En général, elle doit se situer autour de 1 bar. Si elle monte à 1.3 bar, c’est que le filtre est encrassé et il faut donc procéder à un nettoyage du filtre.

Après la mise en route de la filtration, vérifiez donc bien que votre manomètre indique une pression normale.

Vérifiez également que l’aspiration s’effectue correctement aux skimmers et la bonde de fond. Vérifiez également le bon fonctionnement de la prise balai avec le robot.

Enfin, vérifiez que les refoulements refoulent correctement l’eau et qu’il n’y a pas de bulles d’air qui en sortent

Fuite ou pas fuite ?

Une fois en marche, une des première questions que vous serez amenés à vous poser est la suivante : ma piscine est elle parfaitement étanche ou alors y a il une fuite quelque part ? Voyons ça en détail.

1. Comment déceler une fuite : Pas de recette miracle, la seule façon est de prendre le niveau de la piscine (avec un baton par exemple sur lequel on fait une marque) à un instant T puis de reprendre le niveau 24 heures plus tard.

Si le niveau n’a pas bougé, alors vous pouvez estimer que votre piscine ne fuit pas. Si le niveau a baissé de 2cm vous pouvez nourrir quelque angoisse quoique il faut tenir compte à certaines périodes de l’évaporation naturelle de l’eau (surtout en été). Si vous êtes en période d’évaporation, à côté de la piscine, remplissez un récipient d’eau en mettant une marque et regardez le lendemain de combien il a baissé ça vous donne ainsi une idée de l’évaporation.

2. Où ça se trouve une fuite en général ? Généralement, une fuite se trouve autour des pièces à sceller (skimmer, bonde de fond, refoulement, prise balai, spots) ou plus “grave” dans la tuyauterie. Dans le cas d’un liner, une fuite peut se trouver sur le liner si celui ci est déchiré à une endroit.

3. Comment trouver où est la fuite ? Alors là c’est la que les choses se compliquent sérieusement. En effet, le plus dur (pour l’avoir vécu) n’est pas de “réparer” une fuite mais bien savoir d’où elle provient. Etudions les possibilités :

– Skimmers : la fuite peut provenir des skimmers, fuite autour du skimmer ou dans le skimmer lui même. Pour vérifier, laisser le niveau d’eau baisser, si il s’arrête en dessous des skimmers c’est que la fuite se situe à ce niveau là.

-Refoulements, prise balai, spots, bonde de fond : la encore même solution on laisse le niveau d’eau baisser jusqu’à ce qu’il stagne. Si le niveau s’arrête en dessous des spots par exemple, la fuite se situe certainement autour d’un spot.

Tuyauterie en aspiration : cela veut dire que le fuite se situe entre les skimmers ou la bonde de fond et la pompe. La plupart du temps dans ce cas, il y aura des bulles d’air qui sortiront au niveau des refoulements. En effet, la pompe en aspirant aspirera également de l’air depuis la fuite et à ce moment cet air ressortira aux refoulements.

Un eastuce pour voir si la fuite vient de la tuyauterie entre les skimmers et la pompe est celle ci : faites descendre le niveau d’eau en dessous des skimmers. Fermez la vanne d’arrivée des skimmers dans le local technique. Versez de l’eau dans le bac des skimmers, si le niveau dans le bac descend, c’est qu’il y a une fuite dans la tuyauterie entre les skimmers et la pompe.

Tuyauterie en refoulement : cela veut dire que la fuite se situe entre le local technique et les refoulements.

Voici la procédure générale de détection d’une fuite :

– Si votre niveau d’eau descend plus rapidement filtration en marche, c’est que la fuite se situe dans la tuyauterie.

– Si votre niveau descend plus rapidement filtration arrêtée, c’est que le fuite se situe dans le bassin.

Après la mise en eau : un traitement “choc”

La piscine est remplie, la mise en route s’est effectuée correctement maintenant il faut songer à la “désinfection” de l’eau de la piscine. Celle ci se fait de façon continue pendant toute la saison : chlore, électrolyse, axygène actif… les solutions sont multiples mais nous verrons cela un peu plus en aval. Par contre, tout de suite après la mise en eau, il faut commencer par faire ce qu’on appelle un “traitement choc”. Cela va consister en un “surdosage” des éléments nettoyants. Le plus courant consiste à faire ce qu’on appelle un “chlore choc”. C’est un produit généralement en granulés ou liquide que l’on ajoute dans la piscine avec un dosage au m3. Ces produits sont très impressionnants d’efficacité et serviront à chaque fois que l’eau aura “tournée”.

 

Le traitement choc : Quand et pourquoi ?

Premièrement, il faudra effectuer un traitement choc comme on l’a vu juste après la mise en eau. Mais de temps en temps (le moins souvent possible!) vous serez amenés à faire une traitement choc, principalement lorsque votre eau aura “tournée”.

Si vous vous occupez de votre piscine correctement,vous n’aurez que très peu à faire ce traitement (sauf en début et fin de saison).

Par contre, imaginons que vous partez en vacances deux semaines : vous bachez votre piscine et arrêtez votre filtration. Quand vous rentrez, en débachant, vous risquez d’avoir une surprise : eau et/ou parois de couleur verte etc…

Dans ce cas, pas de panique, pas besoin de vider la piscine et de passer le karcher. Une bonne chloration choc fera l’affaire. Cette opération va permettre de purifier l’eau rapidement et de manière efficace.

Concrètement, vous prenez votre traitement choc (chlore choc ou brome choc ou hypochlorite de calcium suivant votre traitement quotidien) et vous le dispersez dans la piscine. Si il se présente sous forme de granulés, vous commencez par y dissoudre dans un seau d’eau puis vous y dispersez dans la piscine. Regardez bien les indications de dosage sur la boite pour savoir combien en mettre.

Une fois dans l’eau, attention tout ne va pas se faire tout seul ! Il faut mettre en route la filtration et commencer à nettoyer la piscine avec un balai. Eh oui ! il va falloir frotter énergiquement tous les recoins de la piscine pour être sur que les algues ne vont pas rester quelque part.

Au bout d’un petit moment, vous allez voir votre piscine retrouver un ton bleu. A ce moment, l’eau sera très trouble car les algues seront en suspension dans l’eau. Il faut laisser tourner la filtration pendant 24 heures d’affilée et normalement votre eau de piscine sera redevenue cristaline !

La mise en eau : Le cas de l’électrolyse

Nous allons voir dans le cas pratique la mise en eau pour un cas particulier : celui de l’électrolyse. Je ne recommenderai jamais assez cette technique de purification d’eau de piscine. Très efficace, demande peu d’entretien et pas plus coûteuse qu’un entretien classique au chlore.

Un peu plus loin dans le menu, je détaillerai exactement le fonctionnement de l’électrolyse mais là nous allons surtout nous attarder à sa mise en route.

Une fois la piscine remplie, on a vu que l’on devait faire un traitement choc. Dans le cas de l’électrolyse aussi mais là une petite différence, on fera un traitement non pas avec un chlore choc traditionnel mais avec ce qu’on appelle de l’hypochlorite de calcium. Cela est rendu nécéssaire par le fait que celui ci ne contient pas de stabilisant (terme que l’on expliquera un peu plus tard).

Après ce traitement, on laisse la filtration en route 24 heures (à ce moment, bien sûr l’électrolyse n’est pas en marche).

Au bout de 24 heures, arrêter la filtration. A ce moment, il va falloir rendre l’eau “salée”. Il faut donc acheter du sel spécial pour piscine (vous en trouverez chez votre pisciniste préféré sans problème). Perso, j’ai un jour trouvé chez les magasins Leclerc des sacs de 25kg de sel pour piscine à 6.5€. En +, ayant du mal à les vendre, ils les faisaient à moitié prix, du coup j’ai carrément acheté la palette et de ce fait j’ai du sel pour plusieurs années !

Il faut regarder sur votre manuel d’électrolyse le taux de sel nécéssaire (celui ci est exprimé en g/l). Par exemple, pour moi il fallait entre 4 et 5g de sel par litre. La piscine faisant 80m3, il fallait 80000*4.5=360000g de sel soit “environ” 360 kg. J’ai mis donc mis au départ environ 15 sacs de 25kg de sel.

Vous versez donc vos sacs de sel un peu partout dans la piscine en disséminant le sel dans tous les endroits de la piscine. Laissez au moins 12 heures le temps que le sel fonde dans l’eau. Mettez en route votre filtration SANS L’ELECTROLYSE pendant 2 ou 3 heures le temps que le sel soit bien réparti dans la piscine. Puis mettez en route votre électrolyse et laissez faire !

Sur votre tableau de l’électrolyse, vous devriez certainement avoir une indication du taux de sel présent dans l’eau. Cela vous permet de savoir si il vous faut rajouter du sel (en effet, si il y a un gros apport d’eau douce, pluie par exemple, il se peut que vous ayez besoin de rajouter un peu de sel).

Tableau Piscine

L’électrolyse au sel : et après ?

Et bien après, plus rien ! Laissez votre électrolyse tourner avec votre filtration, elle s’occupera de la désinfection de l’eau pour vous. Si en plus vous optez pour un modèle avec “inversion de polarité” vous n’aurez même pas à nettoyer la cellule. Seulement, vérifiez de temps en temps votre taux de sel et le cas échéant, rajoutez en.

Il y a une autre chose à ne pas oublier à la mise en service de votre électrolyse. On va parler un peu plus loin des caractéristiques de l’eau (Ph . . .) et bien sachez que l’électrolyse n’aime pas “l’eau dure” c’est à dire l’eau calcaire. En france, la plupart des régions ont une eau dure. Il faut donc à la mise en eau faire un test de l’eau pour calculer sa dureté, c’est ce qu’on appelle le TH de l’eau. Par exemple, mon appareil stipule une eau avec un TH maximum de 25. Si votre eau est trop dure, il faudra lui adjoindre un traitement pour le faire baisser.

Autre chose importante. Ne faites JAMAIS tourner votre électrolyse avec une température d’eau inférieure à 15°C, vous risqueriez d’endommager la cellule. C’est le seul inconvénient de l’électrolyse : la relative fragilité de la cellule qui est à changer suivant les modèles tous les 5 à 10 ans.

La désinfection : Généralités

Pour détailler les principes de désinfection de l’eau d’une piscine, nous allons procéder en étapes. Dans cette section, on va déjà détailler l’ensemble des méthodes de désinfection de l’eau de piscine. Nous a allons “dégrossir”.

 

Pourquoi “désinfecter” une Piscine ?

Même débarassée de ses impuretés visibles (feuilles…), l’eau contien encore en elle des micro-organismes qui riquent de la faire “tourner”. Il faut donc utiliser des produits désinfectants pour que l’eau puisse garder son aspect cristallin.

Il existe une multitude de produits et de méthodes utilisées pour désinfecter l’eau. Au rayon des produits, il faut bien sûr citer le chlore. On peut l’utiliser sous deux formes principalement : hypochlorite de calcium d’un côté et hypochlorite de sodium (eau de javel) de l’autre côté. C’est le traitement certainement le plus utilisé car le moins cher actuellement.

A côté de ça, on trouve d’autres types de traitements :

le brome

Conditionné en pastilles, tablettes et granulés, possède, comme le chlore, un pouvoir désinfectant et stérilisant, sans effets secondaires (odeur, et irritations de la peau et des yeux). Il reste efficace même dans une eau à l’acidité élevée (jusqu’à un pH de 8) ou particulièrement chaude.

le PHMB

(polymère d’hexaméthylène biguanide) est un puissant désinfectant sous forme liquide, qui ne peut cependant être utilisé dans une eau contenant du chlore, du brome ou des algicides à base de sulfate de cuivre.

L’oxygène actif

Commercialisé sous forme de comprimés de peroxyde, a des vertus à la fois bactéricides, fongicides et algicides. Sans odeur, insensible au PH de l’eau, il constitue une bonne alternative aux produits chlorés. Son efficacité perdure pendant trois semaines environ mais disparaît dans une eau trop chaude.

L’ozone
L’ozone oxyde et élimine les champignons, les virus et les bactéries. Ce traitement nécessite l’installation d’un appareil spécifique, l’ozoniseur. Il est branché directement sur le système de filtration d’une piscine et injecte de l’ozone dans le circuit d’eau de la piscine. L’ozoniseur transforme automatiquement l’oxygène en ozone qui possède un fort pouvoir désinfectant.

Les ultra-violets
Le traitement par rayons ultra-violets nécessite l’installation d’un appareil spécifique sur le système de filtration de la piscine. Les rayons ultra-violets, diffusés par des lumières spécifiques, éliminent efficacement les bactéries, les algues, les germes et les virus en agissant directement sur leur ADN.

Les électrodes de cuivre et d’argent
Les électrodes de cuivre et d’argent sont directement intégrées au système de filtration. L’hydroxyde de cuivre est constituée d’ions cuivre qui éliminent les champignons et les algues et d’ions argent qui désinfectent et détruisent les impuretés de l’eau.

Dans les deux parties suivantes, on va detailler l’utilisation du chlore dans les piscines. On va déjà s’intéresser aux propriétés du chlore et puis ensuite voir dans la pratique sous quelle forme on peut l’utiliser.

Le Chlore : Petit cours de Chimie

Le Chlore est certainement le désinfectant le plus utilisé dans les piscines privées. On le retrouve sous forme de galets par exemple mais aussi par exemple il ne faut pas l’oublier dans l’électrolyse au sel par exemple

 

Deux principaux types : Hypochlorite de Calcium et Hypochlorite de Sodium

L’hypochlorite de sodium n’est ni plus ni moins que le nom barbare pour désigner de l’eau de javel si communément utilisée dans la vie courante pour désinfecter la maison. Son pouvoir désinfectant n’est plus à démontrer, et naturellement il s’adapte donc parfaitement à la désinfection d’une piscine.

C’est un produit qui perd de son efficacité avec le temps, la lumière et la température. La concentration des produits vendus atteint 50°B ce qui équivaut à +/- 150 gr de chlore actif par litre. Lorsque ce désinfectant est utilisé, il se forme de l’acide hypochloreux mais également de la soude qui élève le pH de l’eau. Dans les installations plus élaborées, l’hypochlorite est injecté par pompe doseuse asservie à un régulateur (avec électrode : redox ou ampérométrique) qui mesure le chlore libre.

L’hypochlorite de calcium est très utilisé en piscine familiale sous forme de galets que l’on dispose dans un chlorinateur ou dans les skimmers. Le chlorinateur est un petit récipient fermé, inséré sur le circuit de filtration. Une petite vanne permet le passage de l’eau qui pénètre dans le récipient pour se charger en hypochlorite et retourner au bassin.
Les galets sont vendus sous deux formes : à dissolution lente (à placer dans le chlorinateur) ou rapide. Cette dernière est utilisée de manière ponctuelle en cas de besoin : eau neuve, orage, fréquentation trop importante des baigneurs…La concentration de ces produits varie de 65 à 80 % de chlore libre.

L’action du chlore se réalise de la manière suivante :

Mélangé à l’eau, un équilibre entre acide hypochloreux et hypochlorite s’établit et les proportions des deux dépendent du pH. Ces deux formes chlorées donnent le chlore libre.
Aussi, un pH bas favorise la formation d’acide hypochloreux qui est la forme active (désinfectante) du chlore. Pour déterminer le chlore actif, (le chlore qui agit, qui désinfecte) il faut donc tenir compte du pH. En pratique, on utilise donc un tableau indiquant la quantité de chlore actif contenue dans le chlore libre en fonction du pH.

A ce stade, il faut savoir que la concentration en chlore actif dans le bassin doit se situer à des valeurs comprises entre 0,4 et 1,4 mg /litre.

La désinfection Piscine: Les pastilles de Chlore

Un galet chlore à dissolution lente (environ 250 gr) est à base d’acide trichloroisocyanurique avec une concentration élevée de chlore actif et un effet stabilisant.

Pour la désinfection continue des piscines. Sans calcaire, pH neutre. Le chlore pour piscine n’agit pas seulement comme désinfectant, mais il élimine également les impuretés organiques non filtrables par oxydation L’utilisation de chlores stabilisés piscine est judicieuse et économique car elle freine la consommation excessive de chlore piscine. Ainsi, les avantages conséquents des produits qui sont à base de chlore stabilisé sont les suivants: pH Neutre et sans calcaire Haute concentration en chlore actif Dissolution totale et sans résidus Aucune influence sur le pH Stabilisation du chlore libre disponible dans l’eau (protection contre la destruction par le rayonnement solaire et les températures de l’eau élevées). Chlore déjà dosé pour une utilisation optimale

L’entretien de la Piscine – Généralités

L’exlectrolyse au sel est économique et écologique.
Plus d’irritations des yeux, d’allergies, de dessèchement de la peau, d’odeurs. Plus de corvées de manipulations de produits chimiques, entretien facile.

Une fois installé dans le circuit de filtration, votre électrolyseur produit de l’ HYPOCHLORITE DE SODIUM (chlore actif naturel) par électrolyse du sel que vous aurez dilué dans l’eau de votre piscine (3 grammes de sel par litre d’eau soit environ 10 fois moins que dans l’eau de mer).

Concrètement, on fait circuler l’eau de la piscine dans une CELLULE DE PRODUCTION constituée d’un jeu d’électrodes en TITANE recouvertes de RUTHENIUM et d’ IRIDIUM un courant électrique basse tension de 2 à 12 ampères alimente ces électrodes. Ce courant va dissocier la molécule de sel NaCl en ions chlore et sodium. Ainsi, le chlore, sous forme d’hypochlorite de sodium ou NaOCL, se combine à l’eau pour former l’acide hypochloreux, un puissant oxydant-désinfectant. L’électrolyseur est installé en ASSERVISSEMENT avec la pompe de circulation de l’eau. Un capteur de débit est, soit incorporé dans la cellule de production, soit en série dans la branche ou celle-ci est connectée, afin d’assurer la production d’hypochlorite uniquement quand l’eau circule entre les électrodes.Ce chlore actif naturel, après avoir détruit les bactéries et micro-organismes de votre eau, se recomposera naturellement en sel sous l’action des UV du soleil. Il n’y a donc pas de consommation de sel par ce procédé d’électrolyse. Il faut néanmoins effectuer périodiquement un apport de sel pour compenser la perte d’eau salée due au nettoyage du filtre ainsi que l’apport d’eau de pluie. Ne pas tenir compte de l’évaporation car le SEL NE S’EVAPORE PAS !

Le Ph de l’eau doit être maintenu entre 7.0 et 7.4 pour permettre une efficacité maximale de l’électrolyse. Le Ph de l’eau est lié à sa dureté. Plus une eau est calcaire plus son Ph est haut (7.8 et plus) . Il faudra régulièrement baisser le Ph d’une eau calcaire avec du « PH moins » (il est préférable d’utiliser de l’acide sulfurique que du chlorhydrique car celui-ci est plus agressif envers les matières plastiques). La production conjointe du SODIUM avec le CHLORE à tendance à augmenter légèrement la valeur du Ph. L’utilisation d’un système de REGULATION AUTOMATIQUE DU PH est donc vivement recommandée avec un électrolyseur au sel.

Il est important, pour ne pas user prématurément le revêtement RUTHENIUM et IRIDIUM des plaques en titane de la cellule de production, de ne pas faire fonctionner l’électrolyseur lorsque la température de l’eau est inférieure à 15 ° C., également de ne pas utiliser de SULFATE DE CUIVRE comme anti-algues, celui-ci détruirait irrémédiablement les électrodes en TITANE de la cellule de production.

L’oxygène actif

L’oxygène actif permet de lutter contre les matières organiques nuisant à la clarté de l’eau. C’est un puissant oxydant des matières organiques, c’est-à-dire qu’il supprime toutes les nourritures nécessaires au développement des algues et débarrasse la piscine de toutes les impuretés organiques (bactéries, virus, champignons). L’oxygène actif (H2O2) ou peroxyde d’hydrogène est un oxydant très puissant, complètement soluble dans l’eau, qui se décompose en eau et en oxygène. L’oxygène actif, un produit “écologique”. La réaction de l’oxygène actif et de l’eau de la piscine permet d’éliminer les matières organiques en ne formant aucun sous-produit, contrairement au chlore ou au brome. Elle ne laisse pour tout résidu que de l’eau pure. Le processus a même pour résultat l’augmentation de la concentration en oxygène dans l’eau. Aujourd’hui, où l’on attache tant d’importance aux problèmes de pollution, c’est le produit idéal pour la désinfection de l’eau de votre piscine. Par ailleurs, ce traitement permet d’obtenir une eau douce, sans odeur, sans irritation des yeux ni des muqueuses.

 

Le traitement de l’eau par le brome

Le système de traitement de l’eau naturel BIO-UV pour piscine et spa est très simple.

Un appareil de désinfection UV est installé sur le circuit de filtration. Une pompe doseuse, également placée sur le circuit de traitement d’eau du bassin UV, vient parfaire la purification de l’eau. Enfin et en option,  une régulation automatique du pH complète le traitement UV de la piscine.

Grâce à une lampe UV piscine ou à une lampe UV de traitement d’eau au sens large, la qualité d’eau est irréprochable. Le traitement d’eau de piscine ou de spa BIO-UV évite l’usage d’un produit de piscine agressif et corrosif. Il s’agit d’un traitement de piscine sans chlore.

Le brome est largement présent dans la nature, et plus particulièrement dans l’eau de mer.

Employé dans le traitement de l’eau de piscine, le brome agit en tant qu’oxydant, désinfectant et algicide au même titre que le chlore, puisque ce sont tous les deux des halogènes.

Découvrez les avantages d’un traitement d’eau de piscine au brome.

Non-irritant
Au contact des déchets organiques, le brome produit des bromamines qui, contrairement aux chloramines dégagées par le chlore, présentent l’avantage de ne pas être irritantes pour les utilisateurs de la piscine.

Produit complet
Le brome, à l’instar du chlore, a une action de désinfectant, d’oxydant et d’algicide sur l’eau de la piscine. Vous n’avez donc pas besoin de rajouter d’autre produits dans l’eau de votre piscine.

Efficacité étendue à pH élevé
Le brome garde une efficacité optimum même en présence d’un pH elevé : à pH 8, il est encore actif à 80%, alors que le chlore ne l’est plus qu’à 20% dans des conditions similaires.

Pratique
Son conditionnement en pastille ou en briquettes rend son usage très facile.
Sa dissolution lente pour le conditionnement en pastilles le rend très intéressant pour un traitement d’eau de piscine de base avec un minimum d’entretien.
Présenté sous forme de briquettes à 40%, sa dissolution est plus rapide.

Sans stabilisant
Le brome ne contient pas de stabilisant, ce qui est particulièrement important lorsque les produits utilisés en parallèle en contiennent. En effet, il est donc plus facile pour vous de ne pas surcharger l’eau de votre piscine en stabilisant dont vous auriez beaucoup de mal à vous débarrasser.

Note : Le seul point négatif à mettre sur le compte de brome est son prix ! Le brome est effectivement au bas mot 40% plus cher que le chlore. La pose d’un brominateur (indispensable pour le brome en pastilles) est également assez onéreuse.

L’hivernage – Généralités

Nous sommes au mois d’octobre. La saison a été magnifique : beau temps, baignade tous les jours, femmes splendides au bord de la piscine en bikini.

Hélas, tout a une fin ! l’hiver arrive à grand pas, il va falloir donc hiverner la piscine !

Cela est important d’y faire bien pour deux raisons :

1. Votre piscine doit bien passer l’hiver pour ne pas s’abimer

2. Vous aurez d’autant moins de difficultés pour la remettre en route au printemps !

 

Hivernage actif ou hivernage passif ?

Il existe deux méthodes pour hiverner sa piscine. L’hivernage actif ou passif.

1. L’hivernage actif : on va laisser sa piscine en fonctionnement tout l’hiver, c’est à dire que la filtration va continuer à fonctionner (de façon plus ou moins importante pendant tout l’hiver). L’avantage est qu’il n’y a pas besoin de faire baisser le niveau d’eau et pas besoin de vidanger la tuyauterie. L’inconvénient est le risque de gel dans les tuyaux. Pour l’éviter, il faudra faire tourner la filtration régulièrement voir même 24h/24h en cas de gel prolongé. Ce système est donc plutôt réservé pour les régions du “sud” de la France.

2. L’hivernage passif : on va arrêter la filtration pendant tout l’hiver. Avantage : plus de filtration, la pompe ne va donc pas fonctionner pendant l’hiver et donc moins d’usure et de consommation d’électricité. Inconvénient : il faut faire descendre le niveau d’eau en dessous de tous les tuyaux (skimmers et refoulements) et boucher la bonde de fond. En outre, il faudra vidanger la tuyauterie avant l’hiver pour éviter tout risque de gel à l’intérieur de la tuyauterie.

Dans la section suivante, on verra les précautions en pratique à prendre pour bien hiverner sa piscine.

WhatsApp chat